Fondements du RDO

Le Rassemblement démocratique océanien (RDO) est basé sur des valeurs socialistes & océaniennes. Son leadership veut sensibiliser les ressortissants Wallisiens et Futuniens de Nouvelle-Calédonie sur l'importance des liens à consolider avec la communauté kanak dans cet objectif d'un avenir paisible et durable.

Les premiers mouvements de résistance et d'opposition aux loyalistes apparaissent en mai 1989, avec Kalépo Muliava, ancien condisciple de Jean-Marie Tjibaou , celui ci crée l' Union océanienne dont il est Président, avec Aloisio Sako comme Vice Président. En 1989 l'Union océanienne obtient 2 sièges sur 32 à l'assemblée provinciale du Sud avec 2.429 voix (6,1 %), soit environ 40 % de l'électorat wallisien et futunien. Le 12 février 1994, à l'issu d'une scission de l'Union océanienne entre la faction centriste de Mika Hema et la tendance socialiste, Aloisio Sako fonde le RDO et devint le premier président.

Le RDO est l'une des composantes du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) depuis 1998, il est favorable à l'émancipation de la Nouvelle Calédonie ainsi qu'au développement d'un modèle d'indépendance socialiste proche du fonctionnement de la société océanienne.